Lis moi avec webReader

L’annonce par le Gouvernement de la suppression des contrats aidés va avoir des conséquences directes sur les missions quotidiennes des Banques Alimentaires, qui emploient 50% de leurs salariés en contrat aidé.

La moitié des salariés des Banques Alimentaires concernée

Premier réseau d’aide alimentaire en France, les Banques Alimentaires luttent au quotidien contre la précarité et le gaspillage alimentaires depuis plus de 30 ans. En 2016, les Banques Alimentaires ont ainsi récolté gratuitement 106.000 tonnes de denrées pour redistribuer plus de 212 millions de repas à 2 millions de personnes en France, soit à un bénéficiaire de l’aide alimentaire sur deux.

Cet exploit quotidien est rendu possible grâce aux équipes des Banques Alimentaires, composées de  6070 bénévoles et de 497 salariés, dont 256 en contrat aidé, soit plus de 50% des salariés.

Partout sur le territoire les Banques Alimentaires accomplissent une mission d’intérêt général relative à l’aide alimentaire en s’appuyant sur les bénévoles mais aussi sur le soutien essentiel de ces salariés permanents. Au quotidien, ces personnes accomplissent toutes sortes de missions : manutentionnaire, secrétaire, chauffeur de camion…

Dans les cas où les contrats aidés ne sont pas renouvelés au 1er septembre 2017, ce sont plusieurs Banques Alimentaires qui n’auront plus d’assistant administratif, de responsable d’entrepôt… dès ce vendredi. Le non renouvellement des contrats en cours pénalise gravement leurs titulaires, qui étaient entrés dans une démarche d’insertion – notamment  des formations – qui ne va pas pouvoir être menée à son terme.

Les missions des Banques Alimentaires directement impactées

L’arrêt soudain des contrats aidés met également en péril le fonctionnement au quotidien des Banques Alimentaires.

Comme le souligne Jacques Bailet, Président de la Fédération Française des Banques Alimentaires, « ces salariés en contrat aidé accomplissent des missions essentielles à la continuité de service qu’exige l’aide alimentaire. Ils sont formés et présents tous les jours. Alors que le nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire augmente, c’est un coup dur porté à nos associations engagées au quotidien au service des personnes démunies ».
Plus d’informations :
Facebook/banquesalimentaires
Twitter/@banquesalim