Lis moi avec webReader
Pour rompre avec la logique quantitative des job boards classiques, deux chercheurs d’emploi lancent Workeyes, un site d’emploi gratuit qui se concentre sur le profil du candidat et fonctionne comme un « profiler » de compétence, afin de permettre une mise en relation la plus pertinente possible entre employeur et demandeur d’emploi.
logo workeys.fr
Un service de réception d’offres pertinentes basé sur les compétences renseignées par les abonnés

Quel RH ne s’est pas plaint de recevoir des montagnes de CV totalement inadaptés à sa demande ? Quel chercheur d’emploi n’a jamais été désespéré de constater que sa boite mail se remplissait d’offres issues de job boards, qui ne correspondaient pas à ses compétences ?

Pour répondre à ces problématiques, Nathalie Wettling, mère de famille en recherche d’emploi fatiguée de recevoir des offres d’emplois qui ne correspondaient ni à ce qu’elle cherchait ni à ce qu’elle était capable de faire, a eu l’idée de créer Workeyes.

Lancé en septembre 2016, Workeyes a ainsi pour vocation de permettre une mise en relation la plus pertinente possible entre employeur et chercheur d’emploi. Son moteur de recherche, basé sur des algorithmes, analyse et pondère les compétences et le niveau d’expertise du candidat, puis le compare avec le profil décrit dans l’offre d’emploi.

Comment ça marche ?

Le chercheur d’emploi s’inscrit en complétant son profil, par la suite, le site traite les annonces récupérés auprès de plateformes partenaires (Météojob) et l’algorithme fonctionne comme un « profiler » de compétences : il analyse, filtre et pèse les compétences. Il évite ainsi au candidat de recevoir des offres pour lesquelles il n’a que très peu de chance d’être sélectionné.

We Sphere : une communauté de partage et d’entraide

Workeyes.fr c’est aussi We Sphere, une communauté de partage au sein de laquelle les abonnés peuvent trouver entraide et soutien au cours de leur recherche d’emploi.

Workeyes est sélectionné pour le Prix Figaro Madame Business with attitude

Plus d’informations : www.workeyes.fr
Twitter : @workeyes

 

version originale du communiqué de presse